jeudi 21 octobre 2010

Je veux être un chat

Bonjour l'ami,
Toi aussi ça t'arrive d'être prêt à tout donner, payer une fortune ou travailler jusqu'à 67 ans pour te libérer de ta vie d'humain et chausser celle de ton chat ?
Alors, je me rallie à ta cause !

J'adorerais être un chat. La vie est si injuste ! Quand je regarde mes chats, parfois il arrive à mon cerveau de partir loin, et de m'envoyer des messages chimiques qui me font croire que je suis moi aussi un chat. Du genre, mon cerveau me fait m'imaginer allongée sur le canapé, à dormir pendant 15 heures, ou bien m'imaginer que je n'ai qu'à ouvrir la bouche pour avoir à manger ou de l'affection, ou bien m'imaginer que je pourrais trouver distrayant un vulgaire bout de ficelle.

Le pire dans ce truc, c'est que c'est vrai.
Par exemple tout à l'heure : l'autre humain avec qui je vis s'amusait à embêter une de mes minettes. Soit, toi aussi des fois on t'embête, pas vrai ? Et quand t'en as marre, tu te défends (sauf si t'es une bonne poire méchamment naïve).
Bon, et bien, en tant qu'humaine dotée d'un cerveau à deux hémisphères, dotée de raison et d'un pouce articulé, je pourrais très bien me dire "si le chat en a marre, il va se défendre" (sauf s'il s'agit d'un chat bonne patte et méchamment naïf, mais ce n'est pas le cas de ladite minette).

Et bien non ! Au lieu de ça, je suis prête à entrer en conflit avec l'autre humain, tout ça pour défendre la minette qui se fait taquiner. Heureusement pour moi, ladite minette, comme précisé ci-dessus, sait très bien se défendre et a gratifié l'humain de plusieurs jolies entailles dans la peau de ses avant-bras. Ainsi soit-il ! Je la félicitais ! Et en rajoutais une couche auprès de l'humain en lui disant fièrement qu'il l'avait bien mérité ! C'est vrai quoi, après tout, il l'avait cherché, non ?

Maintenant, réfléchis une seconde : connais-tu une seule personne qui te laisserait dormir en plein milieu du canapé, sans oser te déranger même si tu es positionné de façon stratégique et que tu empêches tout le monde de s'asseoir ? Qui te laisserait défoncer tes rideaux, transformer ton salon en piscine, faire semblant de vouloir retapisser ta chambre en laissant les travaux en plan au stade du détapissage partiel, t'immobiliser sur une chaise en jouant vicieusement du clin d'œil séducteur, rembourrer le ventilo de ton ordinateur d'une douce fourrure scrupuleusement tassée entre chaque hélice du composant, ou encore tenter un habillage contemporain de ton plancher à l'aide des 18 rouleaux de papier toilette que tu viens d'acheter ? Et qui en plus, te donnerait à manger quand tu le souhaites, en complétant ta ration d'un bisou ou d'une petite caresse ? Et qui en prime prendrait ta défense en toute circonstance, même si tu venais de blesser gravement (3 entailles, merde !) un être cher ?

Moi, je connais personne qui me pardonnerait tout ça à la fois.

Et après on ose dire que la cause animale doit avancer, que leurs conditions de vie sont atroces et qu'ils ne méritent pas ce qu'ils subissent... Non ! Ils ne méritent pas ! Ils le valent bien, tout simplement.

Aucun commentaire: