vendredi 9 juin 2006

L'exploitation des vaches laitières

Il est évident que pour obtenir le lait on ne tue pas les vaches... Mais pourtant, dès que les vaches ne peuvent plus fournir, elles sont envoyées à l'abattoir . C'est pourquoi, à prime abord, consommer des produits laitiers ne semble impliquer aucune souffrance pour les animaux. Hélas, c'est faire abstraction du fait que pour produire du lait, il est nécessaire qu'une vache mette bas, comme tout mammifère, et ce, une fois par an. C'est là que les choses se compliquent : si on laisse le veau téter, la vache va contrôler et donc freiner la descente de lait, nuisant à sa productivité. Le veau lui est donc retiré quelques jours seulement après sa naissance.

Avez-vous pensé au traumatisme que l'on inflige à la vache, dont on ne peut nier l'attachement à son veau?

Si c'est une femelle, elle ira rejoindre d'autres vaches laitières. Sa première grossesse aura lieu à 2 ans ; elle sera à nouveau fécondée 3 mois après chaque vêlage (par insémination artificielle dans 65 à 75 % des cas) ; elle sera maintenue en lactation 7 mois minimums par an et l'éleveur continuera à la traire même pendant sa grossesse. Vous pouvez imaginer à quel point cela peut être exténuant pour son corps dont les besoins vitaux ne sont aucunement respectés. D'ailleurs, ce productivisme intensif réduit son potentiel de vie (20 ans normalement) à 5 ans environ, âge auquel elle sera abattue pour cause de stérilité ou de mauvais rendements. Saviez-vous que 70% de la viande bovine provient des vaches laitières?

Par contre, si c'est un mâle, son sort dépendra de la qualité de sa chair ; Si son potentiel viande est pauvre, il finira en pâté pour chiens et l'on utilisera une partie de son estomac, appelée présure, pour faire cailler le lait destiné aux fromages. La quasi-totalité des fromages sur le marché contiennent donc de la chair animale.

Si l'on veut produire de la viande rouge, le veau sera envoyé dans des unités d'engraissement intensif où il sera gavé principalement de céréales et maintenu à l'étroit pour éviter la moindre perte de poids. Sinon, il fera partie des 2 millions de veaux expédiés chaque année dans des élevages industriels où il sera confiné dans un box individuel qui le privera de tout contact avec ses congénères, de lumière et l'empêchera même de s'allonger correctement. Sachez que 90% des élevages se font en batterie contre 10% en plein air.

Quoi qu'il en soit, quel qu'ait été le type d'élevage qu'ils auront subit, vaches et veaux finiront tous, sans exception, sous le hachoir du boucher. L'industrie laitière est un fournisseur direct de l'industrie de la viande et ne peut donc en être dissociée. Chaque fois que vous consommez des produits laitiers, vous envoyez des animaux à l'abattoir.

2 commentaires:

Anaïs a dit…

je reviens sur ce que tu as dit quand une vache est pleine et que lelveur la trait.. il a plutot interet a la taire oui! sinon cette vache attarpera une maladie aux pies (mamite). cela fait soufrir la vacher qui tombera malade par la suite. et a noter egalment que le tarite ne la fatigue nulement, puiqu'elle donne moins de lait que lorsqu'elle aura son petit.

cfacile a dit…

Tu as raison Anaïs, a quand l'exploitation des femmes laitières???? elles aussi ont du lait tant qu'on leur tire dessus et elles ont mal quand elle ont du lait et que personne ne le trait!!!!
C'est pareil non?
a non c'est vrai les humains sont des espèces plus importantes que les autres donc elles ont tous les droits sur les autres espèces....dure réalité de la vie inhumaine