lundi 25 mai 2009

Je dénonce - N°1

Salut l'ami !
Aujourd'hui, je dénonce, je balance, je lâche un coup de gueule !
Oui, mais contre qui ?
Contre tous les regroupements de gens, toutes les associations, plus exactement leurs membres, qui font passer leur intérêt personnel avant celui pour lequel ils se rassemblent. Ne compte pas sur moi pour les citer, tu rêves ! Mais je n'en pense pas moins. L'association dont je te parle juste en dessous fait partie de cette catégorie.
Il m'est arrivé une aventure très marrante un jour. Enfin, elle n'est marrante que depuis que j'ai digéré la pilule. Je l'ai toujours tenue discrète, mais après tout, je ne vois pas pourquoi je devrais la taire.

Un beau jour, je suis appelée par une personne pour donner un coup de main à une association que je ne connaissais pas, pour un événement. J'accepte, et me présente sur les lieux avec la personne qui m'a appelée. Je rencontre les gens de l'association, que je trouve fort engagés et motivés, ce qui n'est pas pour me déplaire.
Je te passe les détails.
Je m'investis lourdement dans leurs projets (temps, argent, idées, services...) et de fait, rencontre de plus en plus de membres du groupe. Petit à petit, de nouvelles responsabilités me sont confiées. Je suis à la hauteur de leurs attentes, et je m'éclate, je suis motivée.
Jusqu'au jour où, par un superbe soleil, je suis tout simplement bannie de leur association. Motif ? Je serais folle et dangereuse pour la cause qu'ils défendent. Du jour au lendemain, comme ça. Un petit appui, qui n'est même pas un argument, est une supposition selon laquelle j'aurais trahi les fondateurs.
S'en suit un semblant de droit de réponse chaud bouillant avec le président de l'asso, qui prétend toutes ces conneries citées à l'instant. Je réponds calmement, en argumentant ma défense et en l'appuyant des preuves dont je dispose. Je demande des justifications des propos tenus à plusieurs reprises. Chose que je n'obtiens jamais.
Au final, Môssieur le Président ne s'en sort plus dans ses mensonges, et finit par me dire quelque chose comme "bon et bien ok, tu n'en fais qu'à ta tête, moi j'en ai marre. Donc qu'est-ce qu'on fait de toi ?"
Il était sous-entendu que j'étais privée de toutes mes responsabilités, mais il me demandait en gros si je comptais rester dans l'association. Ce à quoi j'ai répondu oui, dans un premier temps, et j'ai ajouté que je le tiendrais au courant si je souhaitais la quitter à l'avenir. Il me dit qu'il est d'accord.
À la suite de cette discorde stérile, je continue de fréquenter leur site internet, et leur forum de discussion, mais je me fais petite, je lisais simplement les sujets, les articles, je n'avais aucune envie d'intervenir. Cinq jours plus tard, je suis bannie, radiée, rayée de la liste, virée comme une malpropre, avec une suggestion amicale de la part du président : tu devrais voir un psy.

S'en sont suivies quantités de radiations arbitraires, comme la mienne. Et des découvertes pas roses roses sur leur compte.
Comme quoi, même quand tout inspire confiance et sérieux, on peut avoir de bien bonnes surprises. Mais le plus grave dans tout ça, c'est qu'en agissant comme ça, ils agissent contre l'intérêt de la cause qu'ils défendent. Tu t'en doutes, je parle de celle des animaux.

Bientôt, l'épisode n°2 de "je dénonce" avec la suite des aventures de l'association ripoue.

3 commentaires:

Croco a dit…

Je participe modestement à 2 asso dont l'une pour les bestioles et l'autre pour l'art, et bien même dans celle où l'on se prétend artiste, c'est régulièrement la guerre et les mesquineries.
Ca ne m'étonne donc pas que, quand la cause est chargée en émotions, ce soit pire.

hébé a dit…

Rien ne m'étonne, y-a toujours une histoire de pouvoir là-dedans. Et les assoces sont pareilles que le reste.
J'en ai fréquenté, j'ai même été présidente une fois! Les mesquineries, ça me grave sévère! Alors je suis partie.
J'y crois pas, j'y crois plus.
Sapiens sait pas s'organiser éthiquement.
ça me gonfle sérieux cette incapacité à fédérer loyalement des intérêts communs.
Depuis je fais comme je peux avec moi toute seule.

Kikekwa a dit…

Ce sont des commentaires comme le tien qui devraient faire réagir. J'en suis au même point : je fais ce que je peux, dans mon petit coin.
C'est bien dommage car une asso peut bien plus, son poids est autrement plus lourd que celui d'un pauvre individu isolé. Peut-être un jour Sapiens le comprendra-t-il.

Au passage, je ne t'ai pas répondu Croco, mais j'imagine très bien les mesquineries, même dans une asso d'art... C'est vraiment fatiguant à force.